Protégez-vous les sources d’eaux minérales de la pollution ?

    Comment protéger les sources d'eau minérale de la pollution

    Afin de garantir les spécificités de l’eau minérale naturelle qui sont la pureté, la naturalité et la qualité, les minéraliers ont développé depuis plus de 20 ans des politiques de protection des sites naturels dont sont issues les sources. Ces politiques de protection ont comme conséquence de protéger la faune et la flore faisant de ces écosystèmes variés (zones humides, prairies, forêts…) des sites riches en biodiversité.

    Protéger l’environnement pour préserver les sources

    C’est en traversant les couches géologiques pendant plusieurs dizaines d’années que l’eau s’enrichit en minéraux. Afin de préserver les sources et la biodiversité des impluviums, les minéraliers mènent des politiques de protection en partenariat avec les acteurs locaux (collectivités locales, agriculteurs, industriels). Elles consistent d’abord à éviter toute pollution en surface près de l’impluvium, c’est-à dire la zone d’infiltration de l’eau dans le sol. Cet espace peut s’étendre sur des milliers d’hectares. Dès la fin des années 1980, le secteur a donc adopté une démarche globale de développement durable, qui implique les habitants, les entreprises, les autorités locales et les agriculteurs.

    Objectif Zéro pesticide

    Via des cahiers des charges rigoureux, les minéraliers promeuvent une agriculture raisonnée n’ayant pas recours aux intrants chimiques.

    Ainsi AGRIVAIR, filiale de Nestlé Waters France, a été créée en 1992 pour protéger les sources de Vittel, Contrex et Hépar de tout risque de pollution en promouvant un modèle agricole alternatif  Des moyens financiers et logistiques ont été mobilisés (rachats de terres pour favoriser le désendettement des exploitants, par exemple) et des conventions de développement durable ont été signées avec les agriculteurs et les communes concernées. 30 exploitations agricoles de 50 ha et plus ont d’ores et déjà atteint l’objectif Zéro pesticide.

    Mettre les sources à l’abri de toute pollution

    Les minéraliers sensibilisent aussi les particuliers, les services municipaux en charge des espaces verts et les entreprises aux risques liés à l’emploi des pesticides et herbicides. Ils s’impliquent également dans l’aménagement du territoire pour prévenir les pollutions ponctuelles. Ils soutiennent l’idée d’une urbanisation maîtrisée et une meilleure gestion des risques inhérents à l’activité humaine. L’Association pour la protection de l’impluvium de l’eau minérale d’Évian (APIEME) a ainsi, en plus de la promotion d’une agriculture raisonnée, contribué à étendre les réseaux d’assainissements des eaux usées. Elle participe à l’entretien des chemins et ruisseaux du plateau de Gavot, berceau de la source.

    Une biodiversité renouvelée

    Ces différentes actions ont des effets majeurs sur la faune et la flore. En effet, les zones humides sont des milieux fragiles, d’une grande richesse biologique. Les programmes de protection des sources d’eaux minérales, associés à des actions volontaristes comme les plantations d’arbres, l’entretien des haies ou le développement de l’agroforesterie (cultures sous couvert boisé) permettent de préserver la diversité des écosystèmes. Leur bonne santé favorise le renouvellement naturel des ressources en eaux.

    Une gestion durable des quantités d’eau prélevées

    Par principe, la quantité d’eau embouteillée ne doit jamais excéder les capacités de renouvellement des sources d’eau minérale. Cette ligne de conduite permet d’assurer la pérennité de cette ressource pour les générations futures. Tant la qualité – vérification de la pureté, composition détaillée – que les quantités d’eau captées sont soumises à des contrôles stricts et rapprochés, menés à la fois en interne par les minéraliers et par les autorités compétentes.