Les sources d’eaux minérales peuvent-elles s’épuiser ?

NON

La pérennité des ressources en eau fait partie des priorités des minéraliers. Conscients que l’eau est un bien commun de l’humanité, ils sont engagés dans une gestion durable de l’eau en quantité comme en qualité.

Les minéraliers appliquent une gestion raisonnée des ressources en eau

Un principe clé régit l’exploitation des gisements d’eaux minérales naturelles : la quantité d’eau embouteillée ne doit pas excéder ce que la nature renouvelle jour après jour de façon à garantir la pérennité de sources pour les générations futures.

La gestion de l’eau est très encadrée par la réglementation : un arrêté préfectoral détermine chaque année les quantités d’eau qui peuvent être prélevées et des contrôles sont réalisés par les minéraliers ainsi que par les autorités compétentes.

Par exemple, à la source de Volvic, seuls 15 % du flux naturel de l’eau sont embouteillés. Par ailleurs, les minéraliers adoptent des processus  durables de gestion de l’eau afin d’administrer au plus près les quantités produites. Certaines disposent de la certification internationale Iso 14001, qui les inscrit dans une dynamique d’amélioration continue de leur impact environnemental.

Les sources sont protégées et surveillées

Les minéraliers conduisent des politiques de protection des zones d’infiltration de l’eau dans le sol, appelées impluvium. Ces actions sont menées en partenariat étroit avec les collectivités locales, les agriculteurs, les industriels. Le contrôle des activités humaines en surface permet d’éviter l’imperméabilisation des sols, qui irait à l’encontre du renouvellement des gisements.

Les entreprises du secteur emploient des hydrogéologues. Ces spécialistes des sols et du cycle de l’eau évaluent les aquifères et déterminent les mesures nécessaires à la préservation de la ressource. Des contrôles sont ainsi réalisés très régulièrement en interne pour surveiller l’évolution des gisements. L’exploitation des sources d’eau minérale est strictement encadrée et soumise à des prescriptions règlementaires. Des vérifications sont régulièrement diligentées par les autorités administratives et sanitaires.

Ces actions qualitatives permettent de préserver la ressource en eau, considérée comme un bien commun.

Partager

Articles associés