Accueil > Santé & bienfaits > Les bienfaits de l’eau minérale naturelle

Les bienfaits de l’eau minérale naturelle

L’eau minérale naturelle se caractérise par sa pureté originelle et sa composition parfaitement stable et garantie en minéraux. Elle est de fait la seule eau à pouvoir bénéficier de propriétés favorables à la santé, reconnues par l’Académie de Médecine.

 

D’origine souterraine, l’eau minérale naturelle provient d’une source unique préservée de toute pollution humaine. Elle est captée en profondeur et ne subit aucun traitement de désinfection, elle est donc parfaitement pure.

 

Sa minéralité unique et constante, acquise au cours des années de lente filtration au sein des roches traversées, reflète le terroir dont elle est issue. Chaque eau minérale a une composition spécifique qui lui confère une identité et un goût uniques.

 

L’étiquette indique toujours la composition en minéraux de l’eau ce qui permet au consommateur d’effectuer son choix en fonction de ses goûts et de ses besoins.

Ainsi, les eaux minérales « calciques » (plus de 150 mg/litre de calcium) ou magnésiennes (plus de 50 mg/litre de magnésium) peuvent permettre à ceux qui le souhaitent de compléter une alimentation souvent insuffisante en ces minéraux.

 

Les eaux minérales bicarbonatées (teneur en bicarbonate supérieure à 600 mg/litre) contribuent à une meilleure digestion[1].

 

Par ailleurs, les eaux minérales naturelles qui contiennent du sodium (plus de 200 mg/litre) sont particulièrement recommandées aux sportifs effectuant des efforts intenses et prolongés.

 

Les eaux faiblement minéralisées sont particulièrement recommandées pour l’alimentation des nourrissons.

 

 

 

Enfin, les eaux minérales naturelles contiennent divers oligo-éléments (silice, fluor, zinc, cuivre) qui participent au bon fonctionnement de l’organisme.

 

Pour choisir une eau minérale adaptée aux besoins de votre organisme, consultez notre page « Bien choisir son eau minérale ».

 

[1] Etude « Activité anti acide des eaux minérales » – Dr Jacques Vatier – Annales de gastro-entérologie – Novembre 1998